Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre semaine sarde - 09 mai

L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île
L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île
L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île
L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île
L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île

L'escalier de la forteresse, le point de vue, trois photos prises pendant le tour de l'île

Comme la veille, à 8h 30 nous prenons place dans un bus pour notre troisième excursion : "forteresse et Maddalena". Francesca, que nous avons retrouvée nous indique que la forteresse est celle de Monte Altura.  Cette forteresse, nous précise-t-elle se trouve à Palau, elle a été construite au XIXe  pour protéger l’île des attaques ennemies et, perchée sur un promontoire,  elle offre  à ses visiteurs une vue imprenable sur l'archipel de la Maddalena, sur la Corse et les Bocche di Bonifacio. Mais nous dit-elle en riant,  cette vue se mérite car il faut, au préalable, gravir un escalier de 171 marches.  Eh bien, figurez-vous que je l’ai fait ; péniblement, soit, mais je suis arrivée en haut alors que d’autres renonçaient et j’ai eu ma récompense, enfin en partie car le temps étant maussade on ne pouvait pas voir la Corse.

 

Cette forteresse  du XIXe  siècle, dont on disait lors de sa construction, qu’elle était la plus belle d’Europe devait  protéger la côte nord de la Sardaigne et la Maddalena d'invasions qui n'ont jamais eu lieu. Elle est bâtie avec le granit de la région.


En parfait état, car elle n'a jamais été attaquée malgré la proximité de la Corse, qui se trouve à 30 kilomètres. Elle a servi également, durant les première et seconde guerre  mondiales, de poste d'observation et de surveillance. On peut d’ailleurs y voir quelques photos de la vie des soldats à ces époques.

 

Malicieusement, alors que nous nous apprêtons à redescendre vers le village, Francesca nous fait remarquer qu’il n’y a pas de logement pour les officiers. En effet, ceux-ci logent en bas afin, nous dit-elle, de se sauver les premiers et sans doute pour modérer son propos elle ajoute que la capture ou la mort d’un officier était détestable pour le moral des soldats !

 

La descente est plus aisée que la montée. Notre prochaine étape est Palau où nous devons prendre le ferry pour La Maddalena, qui se situe, vous l’aurez sans doute deviné, dans l’île de la Maddalena. Cette île est la plus importante et la plus connue, avec celle de Cabrera où l’on cultive le souvenir de Garibaldi, des sept îles principales de l’archipel de la Maddalena. Ces bouts de terre plongés dans une mer, habituellement turquoise, sont nés de la séparation de la Corse et de la Sardaigne.  A l’ère secondaire, Corse et Sardaigne étaient encore rattachées au continent puis, il y a quelques trente mille ans, un violent séisme a détaché la Corse du massif de l’Estérel et la Sardaigne de celui des Maures. L’archipel de la Maddalena se situe non loin des "Bocche de Bonifacio".

 

Il fait un vent de folie alors nous restons sagement à l’intérieur pendant la traversée. Celle-ci est d’ailleurs de courte durée car l’île n’est qu’à trois kilomètres de Palau. Et nous voici à La Maddalena où nous avons temps libre jusqu’à l’heure du déjeuner. Nous nous mettons donc en quête de cartes postales voire de timbres car bien que le temps soit incertain nous avons renoncé au k-way et au parapluie ! La chance est de notre côté car nous tombons littéralement sur la poste où nous faisons provision de timbres à un euro. Puis, un peu fatigués, c’est à une terrasse de café que l’on attend le retour de Francesca.

 

Elle arrive bientôt et à sa suite, nous entrons à la "Trattoria da Bochetta". On nous y sert une salade, des pâtes à la sauce tomate et que d’aucuns agrémentent de moules, une friture qui, curieusement, s’accompagne de frites et un sorbet au citron qu’on déguste avec une paille. Un espresso  et une glace plus tard (il y a un glacier qui jouxte la trattoria) nous partons à la rencontre de notre bus.

 

Au programme, le tour de l’île. La route panoramique que nous empruntons est superbe et elle offre des points de vue qui décoiffent dans tous les sens du terme ! Les photographes s’en donnent à cœur joie. Normalement, nous informe Francesca, un temps libre est prévu pour la baignade mais comme le temps ne s’y prête guére elle propose une balade à travers les rochers. Jacques suit, mais pas moi. Je reste dans le car à bavarder avec d’autres éclopés …

 

Une fois les "aventuriers" de retour, nous regagnons La Maddalena pour y prendre le ferry qui doit nous ramener à Palau. Cette fois encore, nous sommes restés à l’intérieur, désertant le pont bien trop venté à notre goût. C’est fou ce que le vent fatigue et comme nous étions tous plus ou moins "dodelinants",  Francesca nous a laissé dormir jusqu’à l’hôtel !

la soirée du pêcheur
la soirée du pêcheur
la soirée du pêcheur
la soirée du pêcheur

la soirée du pêcheur

Mais pour nous, la journée n’est pas terminée car nous avons encore "la soirée du Pêcheur".

Elle se tient au restaurant "Laguna", pas très loin du 440  La salle est superbe avec ses tables habillées de bleu et de blanc.  Nous prenons l’apéritif avant de nous installer à une table pour deux où nous découvrons le menu :

 

  • Salade de mer aux crustacés et mollusques, espadon mariné sur tranche de fenouil, cocktail de crevettes en sauce, thon fumé sur une concassée de tomates et roquette, muscardins à la diable avec croutons
  • Risotto aux crevettes et courgettes, trofie (une variété de pâtes que nous ne connaissions pas encore) et bottarga (le caviar de la méditerranée !)
  • Bar et écrevisses grillées, servis avec … des frites
  • Sorbet de citron et son coulis de fruits rouges.

 

Tout est délicieux et le vin rosé, que Jacques a choisi, est de bonne facture. Enfin, un chanteur anime la soirée et nous nous surprenons à chanter avec lui. Il y a une bonne ambiance, on tape dans ses mains et on fait tourner les serviettes !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :