Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Balades en Sardaigne

Avant propos :

J'ai condensé dans cet article, en m'efforçant de gommer ce qu'ils pouvaient avoir de personnel, 5 des 8 billets intitulés "Notre semaine sarde". Cette version raccourcie est destinée à ceux qui auraient envie de visiter le nord-est de la Sardaigne !

 

BALADES EN SARDAIGNE

 

1- LA BARONIA

 La Baronia, nous dit Maura, notre guide,  se caractérise par de longs littoraux, de bas massifs granitiques et d’étangs dont la malaria a été éradiquée entre 1946 et 1950 via le "Sardinia Project" financé par la fondation Rockfeller.

 

Mais  nous abordons Posada, un village médiéval que domine une tour, tout ce qui reste du château de la Fève. Qui dit village médiéval suppose escaliers et ruelles tortueuses, nous aurons l’un et l’autre et, pendant que nous progressons péniblement vers les vestiges du château,  Maura nous explique qu’il tient son nom d’une supercherie qui sauva probablement la vie à ses habitants. En effet, lors d’un siège particulièrement long, et alors qu’il ne leur restait plus qu’une poignée de fèves à manger quelques habitants eurent l’idée d’en gaver un pigeon qu’ils envoyèrent dans les lignes ennemies. Ils comptaient que, voyant cela,  les assiégeants en concluraient que si les assiégés nourrissaient les pigeons c’est qu’ils avaient des vivres en excès,  qu’ils pouvaient donc tenir encore longtemps et qu’ils lèveraient le siège et c’est exactement ce qui arriva. 

Sur la place où nous retrouvons notre car,  Moira nous montre des panneaux qui illustrent cette histoire.

 

Notre second arrêt,  beaucoup plus bref car la pluie commence à tomber, est pour San Giovanni, son église face à la mer et sa tour côtière espagnole car de 1323 à 1714 la Sardaigne fut espagnole !

Le suivant, Santa Lucia, est encore plus bref car la pluie se fait de plus en plus présente et après avoir pris quelques photos de sa tour de défense contre les invasions barbares nous sommes trop heureux de regagner le car.

Pendant que nous roulons vers Siniscola, notre dernière étape, Maura nous précise que la Sardaigne a compté jusqu’à  quatre-vingt-quatorze tours de défense car, à partir du VIIIe siècle, les côtes sardes étaient soumises aux attaques incessantes et aux razzias des arabes qui contrôlaient alors la méditerranée et s’étaient implantés en Provence, en Sicile et en Espagne.

 

La Sardaigne se trouvait depuis l’an 535 sous la domination du royaume byzantin mais celui-ci du fait de son éloignement et de ses propres difficultés l’avait abandonnée au IXe siècle et l’île, devenue indépendante, dut s’organiser pour se protéger de l’invasion arabe. Pour des raisons stratégiques, elle fut alors partagée en quatre Judicats " Cagliari, Arborea, Torres et Gallura ; il s'agissait de quatre états indépendants avec à leur tête, un Juge. Malgré cela, en 1014, les Juges durent s’allier aux républiques maritimes de Gènes et de Pise pour chasser Museto, un chef de guerre arabe qui s'était emparé de Cagliari.

 

Et, tout naturellement, elle en vient à nous parler du drapeau sarde, une croix rouge sur fond blanc avec quatre têtes de Maures. Les têtes de Maures représenteraient les vaincus, et leur nombre ferait référence aux quatre Judicats. Mais, comme bien souvent, les historiens ne sont pas d’accord entre eux et certains pensent que ce drapeau aurait été donné par le pape aux Pisans et qu’il témoignerait de la victoire de Pierre 1er d’Aragon sur les Maures à Alcoraz,  bataille au cours de laquelle quatre rois arabes furent tués grâce à l’aide providentielle de Saint Georges dont la bannière est précisément une croix rouge sur fond blanc !

 

Les yeux des Maures, nous dit-elle encore, ont d’abord été bandés et, en juillet 1952, l'emblème est devenu par décret, le symbole officiel de la Sardaigne.  Puis,  la Loi régionale du 15 avril 1999, a placé le bandeau sur le front des maures, pour des raisons diplomatiques. Ils ont donc maintenant les yeux ouverts !

 

Nous voici à Siniscola et plus précisément dans un atelier de céramique, but de cette dernière étape. Le matériel utilisé est principalement la terre cuite car l’île possède de grandes carrières d’argile. Le choix de l’argile serait d’ailleurs fondamental pour la qualité du produit final.  Les céramiques sont cuites, décorées, vernies puis cuites une seconde fois.

 

2- LA COSTA SMERALDA

 

Notre deuxième excursion s'intitule "Tour de la costa smeralda" et notre guide s’appelle Francesca. Pendant que nous roulons vers Porto Rotondo, notre première étape, elle nous explique que cette station balnéaire a été imaginée en 1960 par un comte mécène, dont j’ai déjà oublié le nom, et qui s’est entouré des meilleurs artisans du moment pour donner vie à son rêve.

 

Et cette ville, nous le constatons bientôt possède une architecture bien particulière qui rappelle un peu celle de Venise et ce n’est sans doute pas par hasard que sa place principale se nomme "piazzetta San Marco". Cette place, nous y accédons par une curieuse voie piétonne tout au long de laquelle sont gravés des poissons, très réalistes avec leurs yeux de verre,  d’abord très gros puis de plus en plus petits.  Cette œuvre du français Emmanuel Chapalain est une représentation de la chaîne alimentaire.

 

Après le tour de la piazzetta, nous empruntons un escalier qui mène à l’église San Lorenzo, œuvre de l'architecte italien Ceroli. Sa porte d’entrée, monumentale, est un assemblage de feuilles de verre. L’intérieur  est exceptionnel tout de bois et de cristal remarquablement travaillés. Les sièges, sauf un, celui du pénitent qui vient là pour expier ses péchés, sont accueillants avec leurs coussins de laine. Le parvis, quant à lui, est en marbre.

 

 Nous reprenons le bus pour notre deuxième étape : Porto Cervo, le Saint Tropez italien et rendez-vous de la jet-set internationale.  Pour nous rendre à la Marina où sont amarrés de luxueux yachts, nous traversons le village dont Francesca nous apprend qu’il a été entièrement pensé et dessiné dans les années 1960 par le célèbre architecte designer italien Luigi Vietti pour les besoins du programme de promotion immobilière et touristique du prince Karim Aga Khan IV.  

 

Le village a été édifié en respectant le modèle architectural typique de la zone : il se compose de petites maisons aux balcons multicolores et de ruelles en pente qui lui donnent tout son  charme. Sa place principale, la Piazzetta della Chiacchiere (place du bavardage), est célèbre pour ses boutiques griffées aux grands noms de la mode. Tout est hors de prix, pour le shopping on attendra donc un peu !  Porto Cervo qui doit son nom à la forme de son port naturel peut accueillir jusqu’à 700 bateaux et yachts de 6 à 90 m de long.  

 

Installés dans un petit train commercial nous partons à la découverte des villas de milliardaires et des hôtels de luxe qui se cachent dans les collines. On aperçoit "Stella Maris", une église construite entre 1968 et 1969 par l'architecte Michael Vici Busiri dans le style "méditerranéen".

 

3- LA MADDALENA

 

Notre troisième excursion s'intitule : "forteresse et Maddalena". Francesca nous indique que la forteresse est celle de Monte Altura.  Cette forteresse, nous précise-t-elle se trouve à Palau, elle a été construite au XIXe  pour protéger l’île des attaques ennemies et, perchée sur un promontoire,  elle offre  à ses visiteurs une vue imprenable sur l'archipel de la Maddalena, sur la Corse et les Bocche di Bonifacio. Mais nous dit-elle en riant,  cette vue se mérite car il faut, au préalable, gravir un escalier de 171 marches
 

 Cette forteresse  du XIXe  siècle, dont on disait lors de sa construction, qu’elle était la plus belle d’Europe devait  protéger la côte nord de la Sardaigne et la Maddalena d'invasions qui n'ont jamais eu lieu. Elle est bâtie avec le granit de la région.


En parfait état, car elle n'a jamais été attaquée malgré la proximité de la Corse, qui se trouve à 30 kilomètres. Elle a servi également, durant les première et seconde guerre  mondiales, de poste d'observation et de surveillance. On peut d’ailleurs y voir quelques photos de la vie des soldats à ces époques.

 

Malicieusement, alors que nous nous apprêtons à redescendre vers le village, Francesca nous fait remarquer qu’il n’y a pas de logement pour les officiers. En effet, ceux-ci logent en bas afin, nous dit-elle, de se sauver les premiers et sans doute pour modérer son propos elle ajoute que la capture ou la mort d’un officier était détestable pour le moral des soldats !

 

La descente est plus aisée que la montée. Notre prochaine étape est Palau où nous devons prendre le ferry pour La Maddalena, qui se situe, vous l’aurez sans doute deviné, dans l’île de la Maddalena.

 

Cette île est la plus importante et la plus connue, avec celle de Cabrera où l’on cultive le souvenir de Garibaldi, des sept îles principales de l’archipel de la Maddalena.

 

Ces bouts de terre plongés dans une mer, habituellement turquoise, sont nés de la séparation de la Corse et de la Sardaigne.  A l’ère secondaire, Corse et Sardaigne étaient encore rattachées au continent puis, il y a quelques trente mille ans, un violent séisme a détaché la Corse du massif de l’Estérel et la Sardaigne de celui des Maures. L’archipel de la Maddalena se situe non loin des "Bocche de Bonifacio".

 

Il fait un vent de folie alors nous restons sagement à l’intérieur pendant la traversée. Celle-ci est d’ailleurs de courte durée car l’île n’est qu’à trois kilomètres de Palau. Et nous voici à La Maddalena où nous avons temps libre jusqu’à l’heure du déjeuner.

 

L'après-midi est consacré au tour de l’île. La route panoramique que nous empruntons est superbe et elle offre des points de vue qui décoiffent dans tous les sens du terme ! Les photographes s’en donnent à cœur joie.

 

4- LA BARBAGIA

 

Lors de notre quatrième excursion dont l’intitulé est : "Sardaigne authentique" nous partons à la découverte de la Barbagià. Notre guide est Gabriela, elle est jeune, charmante et très cultivée.

 

La Barbagia est une région centrale et montagneuse de la Sardaigne. Son nom est un dérivé du mot latin Barbaria  En effet, ses habitants se sont régulièrement opposés aux envahisseurs et ils ont souvent fait montre d'une grande capacité de résistance ; leur insoumission aux Romains leur a valu d’être qualifiés de "barbares" par ces derniers.

 

 La Barbagia se situe entre les provinces de Nuoro et d’ Ogliastra.  C’est un territoire sauvage dont les habitants vivent en accord avec des us et coutumes qui font la part belle à la nature. Et Gabriela d’évoquer le carnaval de Mamoiada, qui sera notre première étape, et où défilent conjointement les "Mamuthones" et les "Issohadores".

 

 Les premiers sont vêtus de noir et de peaux de bêtes, Sur le visage ils portent un masque en bois sombre, de poirier le plus souvent,  et sur le dos des sonnailles dont le poids dépasse souvent les trente kilogrammes Ils sont liés au culte du "bouc émissaire", qu’on tuait pour racheter les péchés du village.

 

 Les seconds, arborent, au contraire, des couleurs éclatantes, des masques clairs et sont armés de lassos en jonc pour attraper les jeunes filles. Ils se rattachent au culte de Déméter et symbolisent le renouveau.

Une seule femme les accompagne, on l’appelle "La Filonzana" ; elle est armée de ciseaux et, à l’instar des Parques romaines, elle tient le destin des hommes entre ses mains et tisse en continu. Elle ressemble à une sorcière avec son masque horrible et l’énorme bosse de son dos. Les gens ont peur d’elle car elle peut, à ce que l'on dit,  ôter la vie à qui lui déplait !

 

Au musée des masques méditerranéens, nous retrouvons ces personnages et bien d’autres, tels que les "Merdules" et les "Boes" d’Ottana, un village voisin de Mamoiada.

 

Cette culture du carnaval perdure dans tous les pays méditerranéens et l’on peut voir des masques d’ Espagne, de Grèce, de Croatie, de Bulgarie, de Slovénie. Je vous fais grâce de leurs noms !

 

 Nous reprenons le car pour nous rendre dans une cave,  la "Cantina Gianpietro Puggioni" où nous dégustons un excellent "cannonau". Le "cannonau" est un vin rouge qui titre 14,5 degrés, il a un bon bouquet et sent la griotte …

 

Notre seconde étape est Orgosolo, célèbre pour ses "murales". On en compte environ cent cinquante car la plupart des maisons sont habillées de fresques. La première sur laquelle nous nous arrêtons traite de l’évangélisation et elle dit à peu près ça :

"Quand ils sont arrivés, la bible à la main, nous avions les terres ; quand ils sont repartis, nous avions la bible dans la main et eux avaient les terres !" 

 

 Gabriela nous explique que la première "murale" d’Orgosolo fut réalisée en 1969 par le collectif anarchique nommé Dioniso. Quelques années plus tard un enseignant de Sienne et les élèves du collège ont en réalisé d’autres …

 

 Les "murales", précise-t-elle,  sont réalisées après accord des propriétaires de la maison et elles doivent impérativement être en relation avec un sujet important de nature historique ou social mais ne sont pas obligatoirement rédigées en italien.  Effectivement, au cours de la balade, nous en verrons quelques-unes en français et en anglais !

 

Les thèmes sont très divers : une grève, le refus de voir s’installer une base américaine, Garibaldi,   la lutte des paysans contre l’expropriation de leurs terres par l’Etat, le Larzac, les tours jumelles ...

 

Notre dernière étape, est le site archéologique de Coddu Vecchiu prés d’Arzachena et sa "tombe dei Giganti" ; les tombes des géants, apprenons-nous, sont des monuments mégalithiques qu’on ne peut voir qu’en Sardaigne et qui datent de la civilisation nuragique.

 

La Sardaigne, dont l’histoire est très ancienne,  fut le berceau d'une civilisation unique puisqu’on ne lui connaît aucun équivalent dans le monde.

De cette civilisation, dite "Nuragique", restent plus de 1.000 Domus de Janas (maison des fées) remontant aux premiers temps de l'âge de pierre,  quelques 7.000 nuraghi (tours rondes en forme de cône tronqué) des restes humains datant de 3500 à 2800 avant Jésus Christ et les fameuses tombes de géants destinées aux sépultures collectives et au culte du dieu Taureau et de la déesse mère.

 

On en sait très peu sur cette civilisation qui ne possédait pas l’écriture, on ignore par exemple la fonction exacte des nuraghi, dont en sait pourtant qu’ils étaient au cœur de la vie des villages. Tour de contrôle, de défense, temple ?, le mystère reste entier …

 

Le monument qui s’offre maintenant à notre vue est composé d'un long couloir, et c’est précisément la longueur de ce couloir qui est à l’origine de cette théorie des géants. Ce couloir c’est la morgue, où l’on plaçait les morts,  il se termine par une abside,  il est recouvert de dalles de pierre posées à l'horizontale. Sur la façade, située au centre, il y a une grande dalle de pierre posée, elle,  verticalement et finement sculptée. On peut y voir une petite ouverture. ..

 

5- LA GALLURA

 

Pour la: "Découverte de la Gallura". Notre guide est Massimo ;.  la Gallura (le chapeau) est le nom donné à toute la région Nord Est de la Sardaigne.

 

Longtemps très rurale, pauvre et isolée, elle s'est ouverte d'un seul coup au tourisme avec le coup de cœur de l'Aga Khan pour la Costa Smeralda.

 

Aujourd'hui, le terme Gallura est surtout utilisé pour désigner l'intérieur des terres, entre Tempio Pausania et la côte nord de l'île. La Gallura culmine à 1 359 m au mont Limbara.

 

 Nous voici en gare d’Arzachena où nous prenons "il trenino verde". Il est vert bien sûr, possède des banquettes en bois et ne dépasse pas les trente kilomètres à l’heure, ce qui nous laisse tout loisir d’admirer le paysage. 

 

En s’éloignant de la mer,  cette ligne spéciale escalade les montagnes et nous fait découvrir de superbes paysages ; le train marquera même un arrêt devant le lac artificiel du Liscia qui prend,  entre collines et pâturages,  l’aspect d’un fjord.

 

Deux heures, plus tard nous arrivons en gare de Tempio Pausania, c’est une gare peu commune, de style "liberty" ; c’est le nom que les Italiens ont donné à ce que nous appelons  en France "L’Art Nouveau" et qui date de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Elle abrite toute une série de tableaux de Giuseppe Biasi, peintre sarde du XIXe

 

Après le déjeuner et l’espresso de rigueur, nous reprenons le car, direction Calangianus où l’on doit visiter le musée du liège. Le liège est avec le granite un des marqueurs de la Gallura.

 

Voyons, ce qu’en dit Le Routard :

"Inauguré en 2011, le musée du Liège de Calangianus retrace l'histoire du traditionnel travail du liège dans la région. Orgueil du pays, il est aménagé dans l'ancien couvent des Franciscains qui remonte au XVIIIe siècle. Sur deux étages sont exposés des anciens outils de travail (machines et ustensiles) employés autrefois pour la culture et le travail du liège. Une section multimédia illustre à travers des vidéos toutes les étapes de ce travail."

 

La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola
La Baronia : Posada, San  Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola

La Baronia : Posada, San Giovanni, Santa Lucia, Atelier de céramique à Siniscola

Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia
Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia

Costa smeralda, Porto Rotondo, Porto Cervo, Baia Sardinia

La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena
La forteresse de Monte Altura, La Maddalena

La forteresse de Monte Altura, La Maddalena

Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.
Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.

Mamoiada, Orgosolo, tombe des géants près d' Arzachena.

Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.
Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.

Il trenino verde, gare de Tempio-Pausania, musée du liège à Calangianus.